L’alerte sécheresse dans le Nord de la France

Même quand il pleut, les réserves en eau restent FRAGILES dans le Nord.

Le Nord connaît depuis 2017 des déficits pluviométriques importants qui ont conduit, en 2017 et 2018, à des mesures de restrictions.
L’hiver 2018-2019 a présenté un déficit pluviométrique de 20% par rapport à la normale. Il n’a donc pas été suffisamment pluvieux pour permettre aux nappes phréatiques de revenir à leur niveau normal au début du printemps. Ainsi notre département enregistre, par endroit, un niveau historiquement bas et les éventuels événements pluvieux ou orageux ne sont pas de nature à améliorer rapidement la situation.


Lire la suite…

Quel est l’état de la sécheresse en Wallonie?

Publié le 28.06.2019 – Mis à jour le 25.07.2019

Canicule, sécheresse… De quoi parle-t-on exactement ? Quelles mesures ont été prises ?

En regard des températures élevées actuelles, il est bon de souligner la nuance entre la canicule, la sécheresse et la distribution de l’eau publique. La canicule est liée à de fortes températures pendant une durée ponctuelle tandis que la sécheresse est liée à un manque de précipitations à plus long terme. Bien sûr, la canicule accentue la sécheresse. L’une des conséquences de la sécheresse peut être de restreindre la consommation en eau de distribution pour certains usages autres que les besoins essentiels (alimentaires, sanitaires).

L’évaluation réalisée par les membres de la cellule « sécheresse » s’effectue sur base des données pluviométriques, des niveaux des nappes souterraines et des eaux de surface, de l’état des sols et de la végétation, notamment.

Quelle est la situation globale en Wallonie ?

L’analyse de la cellule sécheresse à la date du 25 juillet est la suivante :

Lire la suite…

Les voisins de champs traités, victimes collatérales de l’épandage de pesticides

Epandage de pesticides à proximité de nos habitations. Se détendre en famille dans son jardin, respirer l’air frais de la campagne… puis être aspergé d’un pesticide qui pique les yeux et gratte la gorge. Cette situation, des milliers de personnes l’ont déjà vécue car elles vivent à côté de champs traités.

Bientôt plus de 20 ans que le débat a lieu, 10 ans qu’une directive européenne oblige à prendre des dispositions nationales… et, enfin, on commence à voir poindre des mesures de protection pour tous les riverains des parcelles agricoles traitées. Pourtant, les deux textes censés aller dans ce sens, qui sont soumis à consultation publique depuis le 15 juillet 2019, sont bien loin de garantir une protection optimale aux riverains. Ce véritable enjeu de santé publique doit enfin être pris au sérieux par le gouvernement, c’est pourquoi France Nature Environnement et 34 associations du mouvement lancent une pétition pour une réelle protection de tous les habitants situés à proximité de parcelles agricoles.

La sortie des pesticides passe en priorité par la protection des riverains

Voilà bientôt un an que le mouvement des Coquelicots est lancé et que la grogne monte dans les territoires, réclamant au plus vite la sortie des pesticides. Et ça tombe bien. Cet été vont être mis en consultation publique deux projets de textes réglementant les mesures minimales de protection des riverains ainsi que les chartes d’engagements d’utilisation des pesticides des agriculteurs. C’est en réalité une obligation légale : la directive européenne 2009/128 impose aux Etats-membres de veiller à ce que l’utilisation des pesticides soit restreinte ou interdite vis-à-vis des personnes régulièrement exposées.

Lire la suite…

Pollution de l’eau : eutrophisation des écosystèmes aquatiques

L’eutrophisation des rivières résulte de la prolifération d’algues vertes qui consomment tout l’oxygène nécessaire à la vie de l’écosystème.

L’eutrophisation est le phénomène d’asphyxie des écosystèmes aquatiques résultant de la prolifération d’algues, qui consomment tout l’oxygène nécessaire à la vie de l’écosystème.
Ce phénomène résulte d’un apport trop riche de substances nutritives dans la rivière ou dans le lac concerné.

Cette pollution de l’eau est principalement due au phosphore (contenu dans les phosphates, présents dans les lessives notamment) et à l’azote (contenu dans l’ammonium et les nitrates présents dans les engrais).

Les algues qui se développent grâce à ces substances nutritives absorbent de grandes quantités d’oxygène lorsqu’elles meurent et se décomposent.
Leur prolifération provoque l’appauvrissement, puis la mort de l’écosystème aquatique présent : il ne bénéficie plus de l’oxygène nécessaire pour vivre.

Lire la suite…

24/07/2019 – Rejet d’effluents industriels non traités par l’usine Alsthrom de Bousbecque

Des dizaines de sacs d’ordures ménagères jetés à l’eau à Quesnoy-sur-Deûle

Ce vendredi 12 juillet 2019

Écœurement ….
Quand au petit matin, on découvre ce spectacle désolant dans la Deûle!
Irresponsabilité, bêtise, lâcheté … des dizaines de sacs d’ordures ménagères jetés à l’eau.
Les agents de VNF ramassent. Une plainte est déposée auprès de la Gendarmerie de Quesnoy-sur-Deûle qui va enquêter et qui est preneuse de toute info.

Signaler un rejet d'effluent industriels non traité dans la Lyss

Vous êtes témoin d’une situation ou d’une activité qui porte atteinte à l’environnement ou à la nature en Wallonie ?

Appelez sans tarder SOS Environnement Nature au 1718.

Ce numéro fonctionne 24h/24 et 7j/7 et est accessible pour tous, que vous soyez un citoyen, un service d’urgence ou une entreprise.

Lorsqu’un appel est jugé urgent, un agent de garde se déplace immédiatement sur les lieux.
Les appels non urgents sont traités dans le cadre du fonctionnement normal du service.

Comme il faut généralement 1 heure à l’agent de garde pour se rendre à Comines-Warneton il est fort possible que la pollution soit terminée quand il arrivera.
Aussi, afin de nous assurer qu’il y ait une preuve de cette pollution, nous vous demandons  de :

1. Prendre des photos ou mieux filmer la pollution et nous les envoyer.

2. Remplir un de nos formulaires en ligne.

3. Notre collectif se chargera ensuite d’envoyer vos documents visuels à la Police de l’Environnement (DPC de Mons), voire au Ministre de l’Environnement.

Si vous habitez la France,  appeler Mr NIYONGABO Christian, Attaché qualifié au DPC de Mons au numéro : +32 65 400 091