En route vers une agriculture sans pesticides ?

Que ce soit à travers les déboires médiatisés de Bayer qui a absorbé le sulfureux Monsanto ou via les plaintes des riverains de champs traités aux pesticides, la question de la fin de l’utilisation des nombreux pesticides pour l’environnement et la santé est au cœur de la transition de notre agriculture. La constitution de nouvelles majorités est un moment privilégié pour faire le point afin de convaincre nos politiques d’inscrire cette évolution indispensable dans les futures déclarations de politiques.

Le géant de la chimie Bayer, depuis qu’il a absorbé il y a un an la firme Monsanto est confronté à de nombreux revers ou scandales.

Il a perdu son procès contre le paysan français Paul François[1] ainsi que face au paysan américain E. Hardeman[2], ces paysans souffrant de cancers et autres sérieux problèmes de santé suite à l’utilisation de la substance active glyphosate (herbicide commercialisé notamment sous le nom Roundup).

Ce jeudi 9 mai, France 2 et Le Monde révèlent que Monsanto fichait de manière confidentielle 200 personnalités issues des média, d’ONG[3], de syndicats agricoles (FNSEA et la Confédération paysanne) voire même de partis politiques dont le député européen belge Philippe Lamberts… Elles sont classées en fonction du type de rapport qu’elles entretiendraient avec la très décriée firme.

Découvrira-t-on une liste avec des rebelles belges depuis le départ de la firme US de Fernelmont (ex Franc-Waret) suite à l’action de « décontamination » perpétrée par 200 militants, en mode carnavalesque, pour éviter la dissémination des OGM & la profusion des pesticides ad-hoc le 8 mai 2000[4] ? Les militants du groupe d’action du CAGE[5] ont tous été acquittés en justice après les discours à décharge de R. Riesel, P. Lannoye et la philosophe Isabelle Stengers et ce, malgré les fortes pressions de Monsanto[6]. Dans la foulée, des « essais illégaux » pratiqués par Monsanto ont même été évoqués… Mais faut-il s’étonner de telles pratiques de la part de la sulfureuse firme qui commercialisa l’« agent orange », firme qui aujourd’hui fait partie de Bayer au passé tout aussi inquiétant ?[7]

Lire la suite de l’article

Source : IEW.BE – 29/05/2019

Signaler une intoxication aux pesticides

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *