Plateforme : le gros oeuvre se poursuit

Travaux de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge à Warneton (B)
Photo prise le 6/02/2020 par Marie-France Philippo

Avec les travaux des VNF pour élargir la rivière et la construction de la plateforme, les riverains des bords de Lys souffrent de nuisances.

Depuis fin septembre 2019, les travaux de construction de la plate-forme du Pont rouge ont débuté par la création d’une voirie de 620 mètres, sur une largeur de 7 mètres, depuis la chaussée du Pont-Rouge.

Le projet est porté par le Port Autonome du Centre et de l’Ouest (PACO) dont les bureaux sont établis à La Louvière et par la direction des Voies Hydrauliques de Tournai.

Début janvier, les travaux de la plateforme ont débuté, entraînant des nuisances, surtout côté français, alors que l’on sait que la municipalité de Deûlémont et sa population s’étaient déjà fortement opposées à la construction de la plateforme.

Patrick Maton, de l’association Comines-Warneton environnement, a mis en ligne un formulaire de plaintes : « Créé le 30 janvier, nous avons reçu 52 signalements  en quatre jours, auxquels il faut ajouter une dizaine de plaintes sur le formulaire « nuisances ».   Essentiellement pour des vibrations qui font trembler les maisons.  »


Vidéo filmée le 29/01/2020 à 6h40


Vidéo filmée le 30/01/2020 à 14h00

Des vibrations dues au battage

Ce jeudi, lors de la réunion de chantier, ces nuisances ont été évoquées : « Nous voulons travailler dans un climat serein et limiter au maximum les nuisances, explique Jean-Marie Vandenbergh, ingénieur dirigeant au département technique du PACO.  A mon sens, la partie la plus incommodante est derrière nous.  En fait, quand nous avons réalisé des essais géotechniques, nous savions que nous aurions des soucis pour passer au travers de la couche argileuse yprésienne datant du quaternaire. Elle se situe entre 11 et 12 mètres et est extrêmement compacte.  Nous pensions que nous aurions pu, en faisant vibrer les palplanches, les faire traverser cette couche.  Mais nous n’y sommes pas arrivés.  Il a donc fallu les battre dans le sol, en tapant dessus.  Ce qui a engendré des vibrations. »

Travaux de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge à Warneon - Battage des palplanches
Les palplanches (Photo : Marie-France Philippo)

Dans le premier rideau, les palplanches métalliques mesurent 16 mètres : « Toutes sont à présent installées et nous sommes occupés au deuxième rideau de palplanches, mais ces dernières ne mesurent que 11 mètres et ne doivent donc pas être battues.  En fait, elles sont renforcées en étant accrochées au premier rideau avec des tirants d’ancrage. Ceci dit, il y aura encore du bruit, comme n’importe quel chantier. »

Les riverains se plaignaient également que les travaux débutaient dès 6 h 30 : « Nous avons convenu que les ouvriers ne seraient présents sur le site qu’à partir de 7 h. »

La suite des travaux est établie : l’installation d’une poutre de couronnement et des tirants d’ancrage, le ferraillage avant le bétonnage de la partie entre les palplanches et la Lys.

Le bétonnage du quai, soit 235 m sur 110 m, est prévu pour juillet/août : « Peut-être même avant puisque l’hiver très doux nous amène à ne pas nous arrêter pour intempéries.  Mais rien n’est encore défini puisque nous travaillons en coordination avec les travaux des VNF relatifs à la mise au grand gabarit de la Lys. »

« Rupture de confiance » avec Catherine Maheux

Catherine Maheux, ancienne directrice du PACOQuant à l’utilisation de la plateforme, elle ne se fera pas avant 2021 : « Sur le site, il est prévu des plantations, la construction d’un bassin pour compenser la perte de zone inondable.  Ensuite, il faudra achever la voie d’accès en coulant la deuxième couche.  Sans oublier que le conseil d’administration du Port Autonome devra ouvrir le marché à un concessionnaire afin d’exploiter la plateforme.  Avec le suivi habituel : publicité, appel d’offres, etc. »

Un parcours administratif qui prend son temps d’autant plus que, depuis ce lundi, le PACO n’a plus de chef.  Vendredi passé, le conseil d’administration a décidé de se passer des services de sa directrice, Catherine Maheux, pour « rupture de confiance ».  Pour l’heure, le président du CA, Jean Godin, a repris les fonctions en attente d’une nouvelle direction.

Les mêmes demandes avec des compensations

C’est reparti pour un tour concernant le deuxième congélateur que l’entreprise Clarebout souhaite construire à Warneton.  En 2019, tant les autorités communales que la Région wallonne avaient refusé l’octroi du permis.

CL Warneton - Projet de construction du 2e congélateur et du bâtiment logistique
Projet en perspective du second congélateur automatique et du bâtiment logistique

Du 12 au 27 février se déroule une enquête publique réalisée dans le cadre de l’instruction du recours et portant sur le complément relatif aux compensations environnementales proposées par CL Warneton.   Le producteur de frites surgelées ne modifie en rien ses demandes : construction d’un congélateur automatique, d’un bâtiment logistique avec 15 quais et de nouvelles aires de parking.  Dossier consultable au bureau technique.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *