Le médiateur de la Wallonie

Logo Service public de Wallonie

Toute personne physique ou morale qui estime, à l’occasion d’une affaire la concernant, qu’une autorité administrative wallonne ou de la Fédération Wallonie-Bruxelles n’a pas agi conformément à la mission de service public qu’elle doit assurer, peut introduire une réclamation individuelle, par écrit ou sur place, auprès du Médiateur de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles :

Monsieur Marc BERTRAND
Médiateur de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Rue Lucien Namêche, 54
5000 NAMUR
Tél (numéro vert): 0800-19199
Fax: 081/32.19.00

Dépôt de réclamation en ligne possible courrier@le-mediateur.be . Le médiateur de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles traite les réclamations qui concernent le fonctionnement des autorités administratives wallonnes et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Poursuivre la lecture

Coup de gueule d’un riverain du Pont Rouge excédé par les odeurs nauséabondes de CL Warneton qui durent depuis plusieurs jours….

Clarebout Warneton - La station d'épuration de l'usine sur fond du super-congélateur
La station d’épuration et le super-congélateur en arrière plan. La présence d’un cycliste au pied de la station d’épuration roulant sur le Ravel, permet de se rendre compte de la “monstruosité” des installations de CL Warneton…

Excédé par les mauvaises odeurs de l’usine Clarebout de Warneton, Damien Villez, un riverain du Pont-rouge adresse le courriel ci-dessous à M. Nyongabo de la Police de l’Environnement de Mons, à Philippe Mouton, Premier Echevin de Comines-Warneton ainsi qu’à deux dirigeants de CL Warneton , Aline Belpaire et Franck Deconinck.

Warneton, 30 mai 2020 – De nouveau, fortes chaleurs ces derniers jours et odeurs fortement présentes et très désagréables de graisse, de pourriture. Rien n’évolue sur ce site industriel ; ce week-end, le seule solution est de s’enfermer à l’intérieur malgré la chaleur pour éviter d’être insupporté par les odeurs nauséabondes provenant de l’usine Clarebout Warneton.

Poursuivre la lecture

Le pain rend malade les canards

Ne plus donner de pain aux oiseaux

Donner du pain aux canards les rend malades. Oui. Et ce n’est pas nous qui vous le disons, mais aussi la Ligue de Protection des Oiseaux.
Même si tout le monde le fait et que vous êtes pleins de bonnes intentions, cela leur fait en réalité plus de mal que de bien.

Des conséquences graves pour la santé des canards

Tout d’abord, le système digestif des cygnes et des canards n’est pas du tout adapté pour digérer le gluten contenu dans le blé. Cela peut engendrer chez eux des problèmes de foie, comme l’excès d’alcool chez nous provoquerait une cirrhose.

Syndrome de l'aile d'ange
L’ Aile d’ange est un syndrome qui touche d’abord les oiseaux aquatiques tels que les oies et les canards. Ce syndrome se traduit par une déformation de l’aile dont la dernière articulation pointe vers les côtés extérieurs au lieu de se prolonger le long du corps. (Source : Wikipedia)

Ensuite, le pain est très pauvre en vitamine et en minéraux, et lorsque les canards en consomment, celui-ci va très vite gonfler et coller dans leur estomac, leur donnant une illusion de satiété. Non seulement ils auront plus de mal à digérer autre chose – mais en plus de cela ils vont arrêter de s’alimenter avec d’autres sources de nourriture, ce qui peut provoquer des carences.

Poursuivre la lecture

Non, les pesticides ne sont pas nécessaires pour nourrir la planète

Un rapport rédigé par des experts de l’ONU alarme sur les conséquences de l’usage des pesticides. Ces chercheurs souhaitent l’élaboration d’un traité mondial contraignant et promeuvent “l’agroécologie“.

Pollution par les epandages de presticides
Photo : Pixabay

C’est un marché qui pèse 50 milliards de dollars par an (47 milliards d’euros) que l’industrie ne veut surtout pas lâcher, au point de véhiculer un “mythe” : les pesticides sont essentiels à la sécurité alimentaire d’une population mondiale qui devrait passer de 7 milliards aujourd’hui à 9 milliards en 2050. C’est totalement faux, démonte un rapport présenté le 8 mars au conseil des droits de l’homme des Nations unies qui accuse les multinationales (Syngenta, Monsanto, Bayer…) de nier les risques sanitaires et environnementaux liés à l’usage de ces produits toxiques. Pour vendre toujours plus de pesticides, ces grands groupes se battent contre toutes restrictions ou limitations d’usage via des campagnes de lobbying auprès des gouvernements nationaux et des “stratégies marketings agressives et contraires à l’éthique“.
Poursuibre la lecture

Mythes et mensonges de l’agro-industrie pour bloquer la transition agricole

On utilise de moins en moins de pesticides ? Le bio, incapable de nourrir 10 milliards d’humains ? Les agriculteurs, responsables du désastre écologique ? Alors que la transition agricole est désormais une urgence, le discours bien rôdé de l’agro-industrie rend bien souvent inaudibles les arguments en faveur de modèles de production vraiment durables et efficaces. Voici le “Top 10” de ces arguments mensongers, et comment y répondre.

Des doses réglementaires de fongicides dans l’eau exacerbent les marqueurs d’Alzheimer

Mythe 1 – “Les pesticides font l’objet de tests scrupuleux, ceux qui sont autorisés ne sont pas toxiques”

Nombre de pesticides ont été autorisés, avant d’être retirés du marché, des années ou des décennies plus tard, quand leurs dégâts sur l’environnement ou la santé humaine sont devenus irréfutables. Ces retraits démontrent que les évaluations réalisées en amont de leur commercialisation sont insuffisantes ou inadaptées. Elles reposent en outre sur des données fournies par les industriels eux-mêmes.
> Lire la suite
Poursuivre la lecture

Climat : des températures invivables pour l’homme atteintes plus tôt que prévu

Réchauffement climatique
Photo : Pixabay

Des conditions de température et d’humidité que le corps humain est incapable de supporter ont été atteintes pour la première fois dans l’histoire des mesures météorologiques, souligne une étude parue dans la revue Science Advances. Les climatologues n’attendaient pas l’émergence de telles conditions à cause du réchauffement avant 2050.

Des terres gelées du Groenland au désert du Sahara, l’être humain est capable de s’adapter, et même de vivre, dans des conditions extrêmes. Mais il existe une limite à l’adaptation. Des niveaux de températures et d’humidité telles que le corps humain est incapable de survivre. Que vous soyez en parfaite santé, à l’ombre, allongé, immobile, hydraté et ventilé n’y changerait rien : l’être humain meurt en quelques heures à peine dans de telles conditions. Heureusement, ces conditions n’existent plus sur Terre depuis plus de 3 millions d’années. Malheureusement, avec le réchauffement climatique, elles viennent à nouveau d’être atteintes.
Poursuivre la lecture

23/05/2020 – Clarebout Warneton – Bruits intenses et continus de lâchers de vapeurs et odeurs nauséabondes

Mise à jour le 24 mai 2020

Coups de gueule d’un riverain de Warneton (France) adressés par courriel à la Direction de l’usine Clarebout Potatoes de Warneton

24/05/2020 – Cela fait 19 heures que nous subissons de façon continue le bruit de lâchers de vapeur. Je vous ai envoyé 2 courriels, un à 9h50 et un autre à 13h20. Il est maintenant 22h00 et toujours pas d’intervention de votre part pour faire cesser ce bruit qui va prendre de l’ampleur avec la nuit.
Une petite question à l’attention des membres de l’équipe dirigeante : accepteriez-vous pour vos proches toutes les nuisances qui perdurent depuis plus de douze ans ?
En cet instant, je ne sais pas si nous allons pouvoir dormir cette nuit. Excusez ma franchise mais pour une usine ultramoderne il faudrait une équipe d’intervention sur place ou tout du moins un prestataire qui travaille le week-end ! A toute à l’heure pour un autre mail.

23/05/2020 – Toujours des bruits d’une grande intensité causés par des lâchers de vapeur qui ont commencé à 3h00 du matin, et ce de façon continue. Cela fait 10h00 maintenant que cela dure !
A ces nuisances sonores insupportables s’ajoutent maintenant des odeurs de graisse de friture que nous n’avions pas hier lors du passage des experts qui ont été dépêchés par CL Warneton pour constater les nuisances olfactives.
Ces nuisances sont plus fréquentes le week-end.
(Témoignage d’un riverain de Warneton France – Vidéo filmée le 23/05/2020 à 14h00 par un membre de l’association Deûlémont Environnement).

17/05/2020 – Coup de gueule d’un riverain de Warneton (France) adressé par courriel à la Direction de l’usine Clarebout Potatoes de Warneton

Photo : Deûlémont Environnement

Warneton – France, le 17 mai 2020 – (…) Suite à ma plainte de ce matin à 9h00 un technicien est passé devant chez moi à 12h10 soit 3 heures après mon signalement d’odeurs importantes de friture. Votre technicien est passé sans s’arrêter pour constater ce qui n’avait plus lieu vu le changement d’orientation du vent… Les retombées odorantes se situaient entre mon domicile et la ferme Grislain située route de la mine d’or (±300 mètres de mon domicile).

Je vous recontacte cet après-midi pour vous avertir de la réapparition des nuisances mais avec une forte augmentation de densité de l’odeur qui de friture est passée à graillon (vieille huile brûlée). Nous avons l’impression que l’odeur arrive par vague successives.

Poursuivre la lecture

Agriculture – Pourquoi les sols s’épuisent-ils?

La fertilité des sols s’effondre. Le responsable pourrait bien être une pratique ancestrale. “C’est le labour, c’est le travail du sol qui est responsable. […] Quand on aura compris qu’il faut arrêter de labourer les sols, on aura fait un grand pas”, affirme Erwan Caradec, agriculteur. Près de la moitié des sols de la planète est en mauvais état. La faute à l’érosion, au réchauffement climatique, à la pollution, mais aussi donc à certaines pratiques agricoles.

Poursuivre la lecture

Sécheresse en Flandre : espérer la pluie ne suffit plus

En Flandre, la commission sur la sécheresse est sur le point de recommander une interdiction de captation de l’eau particulièrement précoce pour la saison et sans précédent pour les provinces flamandes. Une interdiction qui pénalise notamment le secteur de l’agriculture. Pour Greenpeace, les agriculteurs font partie de la solution.

Sécheresse en Flandre : espérer la pluie ne suffit plus

Pour la quatrième année consécutive, la flandre est confrontée à une grave sécheresse, nous nous dirigeons vers une pénurie d’eau” , explique Matteo De Vos, expert en agriculture écologique chez Greenpeace Belgique. “Une alarme qui sonne particulièrement tôt cette année. Cette pénurie d’eau fera-t-elle enfin comprendre à nos politiciens que nous prenons pas au sérieux le réchauffement climatique, principale cause de l’augmentation de la chaleur et de la sécheresse? Nous l’espérons. Alors que nos agriculteurs sont loin de se remettre de la crise du Covid-19, le choc suivant est déjà là. Heureusement, les agriculteurs ne sont pas seulement une des victimes du changement climatique : ils peuvent aussi faire partie de la solution“. Poursuivre la lecture