Céline Tellier à propos du permis unique pour l’extension de Clarebout à Warneton : “Un dossier complexe et pour lequel nous devons gérer les décisions du passé”

Second super congélateur de CL Warneton
Le second congélateur (à gauche). Ses dimensions : longueur : 138 m, largeur : 81 m et hauteur : 32 m.

La société a gagné son recours et un deuxième frigo géant verra le jour.

Interpellée par de nombreux citoyens suite à l’octroi du permis unique pour l’extension du frigo géant de la société Clarebout à Comines-Warneton, la ministre de l’Environnement Céline Tellier (Ecolo) a souhaité apporter quelques éclaircissements.

“Le permis concerne uniquement l’extension du frigo existant qui permettra de stocker sur site les produits, sans augmentation de la production1. Le projet vise notamment à réduire le transport vers et venant de stockages externes2. Un recours à la voie fluviale sera par ailleurs intégré3. Considérant l’ensemble des avis favorables de l’administration, l’extension du frigo a été accordée”, précise la ministre.

Des conditions ont été ajoutées comme la mise en place d’actions élargies de protection de la biodiversité en partenariat avec des associations environnementales locales, la création d’un comité d’accompagnement franco-belge permettant de “responsabiliser” l’exploitant et de tenir compte des remarques des citoyens et des communes, pour l’ensemble de l’exploitation et l’instauration de conditions d’exploitation complémentaires relatives au nouveau frigo.

Clarebout en recours contre les nouvelles mesures plus strictes

“Au-delà de ce permis, au vu des informations transmises par les citoyens et les communes concernant certaines craintes relatives à l’exploitation de l’usine existante (notamment en matière d’odeurs, de rejets dans les eaux, etc.), l’administration a renforcé les mesures de contrôle et a institué des conditions plus strictes concernant la maîtrise des odeurs à l’exploitant. La société Clarebout est actuellement en recours contre ces nouvelles mesures. Croyez bien que, dans ce dossier très complexe et pour lequel nous devons gérer des décisions du passé, je continue à plaider pour des conditions environnementales plus strictes et plus respectueuses du cadre de vie des habitants”, conclut Céline Tellier.

Source : NOTELE.BE – 12 août 2020


Notes :

      1. La production journalière officielle est de 1.140 tonnes de produits finis surgelés. En réalité la production est bien supérieure et ce sont les indices suivants que nous avons rassemblés qui nous permettent d’affirmer cela.
        – Les odeurs nauséabondes récurrentes
        – Les rejets d’effluents dans la Lys
        – Les débordements de bassins aérobies de la station d’épuration (STEP)
        – La mise en service fin 2018 d’une double ligne de production (n°7) qui, au lieu de produire 72 tonnes/jour de spécialités conformément au permis unique de 2012, produit en réalité entre 60 et 70 tonnes par heure (soit une surproduction non autorisée compris entre 1.300 et 1.650 tonnes / jour) .
        – L’augmentation considérable de nombre de camions et tracteurs entrant et sortant du parking de l’usine (par rapport aux 414 mouvements prévus dans le permis unique de 2012). Déjà, en mai 2017, la Police de Comines-Warneton avait compté ±800 camions entrant ou sortant de l’usine. Qu’en est-il aujourd’hui avec la double ligne 7 mise en service fin 2018 ? Nous sommes quasiment certains que le nombre de camions et tracteurs a au moins doublé par rapport au 800 comptés en 2017….
        – L’augmentation de la puissance électrique de l’usine Clarebout (branchement de deux câbles électriques de très grosse section depuis la station électrique des Quatre Rois) début 2018. Selon des techniciens travaillant dans l’usine, CL Warneton a fait augmenter la puissance de l’alimentation électrique de son usine de 42% : 32 mégawatts au lieu de 22 mégawatts…
        – Au lieu des 100m3/h d’eaux captées dans la Lys, CL Warneton utilise 2 pompes de 110m3/h pour capter l’eau de la rivière ainsi qu’un groupe motopompe diesel “Betsy” d’une capacité de 175m3/h qui pompe l’eau du bras mort de la Lys via le rejet d’eaux pluviales R2… Ce “Betsy” ne figure pas dans la liste des installations autorisées !
        – Le volume autorisé des eaux traitées par la station d’épuration de CL Warneton rejetées dans la Lys est de 80m3/h. en réalité ce volume est beaucoup plus important. Selon nos sources dans l’usine, la direction de l’usine a fait modifier le débitmètre pour ne pas être surtaxée et aussi pour masquer la surproduction…
        – Augmentation des émissions de CO2 autorisée par l’AWAC.
        – L’augmentation du nombre de personnel. Selon La Voix du Nord du 2/07/2018, l’entreprise Clarebout Potatoes emploie environ 1.400 salariés sur ses deux sites, à Warneton (B) et Neuve-Église (B), dont une majorité de Français et « surtout à Warneton » ajoute Jan Poté, le porte-parole de l’entreprise de l’époque.
        Un effectif qui ne suffit visiblement pas vu l’actuelle campagne de recrutement, à moins que l’entreprise ne souffre d’une image écornée par les accidents du travail (dont deux mortels en deux ans) et nuisances dénoncées par les riverains belges et français.
        Le porte-parole de l’usine réfute en bloc et assure que la campagne se justifie par le fait qu’il est « très difficile de trouver des ouvriers qualifiés, c’est dur ». Jan Poté préfère mettre en avant « la croissance très rapide » de l’usine, qui va de pair avec « la croissance des produits surgelés à base de pommes de terre, dont plus de 95 % de la production part à l’exportation ». Un chiffre difficile à vérifier est avancé, avec une augmentation de 57 % du personnel « ces dernières années »…
        Et malgré cela, CL Warneton annonce dans la demande permis unique pour le second congélateur que son usine ne produit pas plus que les 1.140 T/jour.
        – Le non renouvellement dans 2 ans du permis d’exploitation de l’usine Clarebout à Neuve-Eglise
    1. Normalement, le premier super congélateur autorisé par le permis unique de 2012 était censé remédier au transport vers et venant de stockages externes…. Dans sa demande de permis, CL Warneton a utilisé les mêmes arguments pour justifier la nécessité du premier congélateur. Conclusion : Si cette usine a aujourd’hui besoin d’un second super congélateur, c’est que la production est nettement supérieure à 1.140 tonnes / jour !
    2. C’est l’ancien ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, qui a conditionné en décembre 2017  l’octroi du permis pour le second congélateur et les bâtiments logistiques à l’utilisation des voies fluviales par CL Warneton : “Je pense que ce n’est pas un refus nécessairement définitif, parce que si un gain environnemental pouvait être développé, avec l’utilisation de la voie d’eau pour les transports, on pourrait sans doute augmenter la capacité et revoir cette décision concernant le congélateur supplémentaire ou d’autres infrastructures. La concrétisation de ce volet-là peut sans doute permettre de débloquer le reste beaucoup plus facilement.” (Dernière Heure – 7/12/2017)

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *