Comines: la ministre n’était “pas favorable” au second congélateur

Second super congélateur de CL Warneton

Mardi, le député leuzois Hervé Cornillie a interrogé la Ministre de l’Environnement sur le feu vert accordé au second congélateur de Clarebout Potatoes. La ministre a détaillé les raisons qui ont poussé la Région à accorder le permis de construire à Clarebout Potatoes, décision toujours décriée par de nombreux observateurs.

Pour les opposants au second frigo de Clarebout, impossible d’oublier la date. Le 11 août dernier, les ministres Tellier et Borsus accordent leur feu vert à Clarebout Potatoes. L’entreprise flamande reçoit l’autorisation de construire une deuxième structure à côté de la première sur le site de Warneton.  “L’ensemble des acteurs (publics comme privés) de la région, militant contre l’entreprise en question, étaient persuadés au vu des éléments rassemblés que la décision finale leur serait favorable. Clarebout a en effet réputation de faire l’unanimité contre elle partout où elle cherche à s’installer. Notamment car de graves infractions environnementales sont constatées sur ses différents sites. Ces différents éléments avaient conduit le SPW à premièrement rendre un avis négatif”, rappelle d’ailleurs Hervé Cornillie. Le député leuzois a interpellé la ministre Céline Tellier, pour comprendre les motivations des décideurs, motivé par le recours déposé à l’unanimité par le conseil communal de Comines-Warneton et les motions de soutien votés par les communes françaises voisines.

Face au géant de la pomme de terre, les localités françaises ou belges font bloc. “Comment justifiez-vous encore aujourd’hui une telle décision, malgré tous les signaux négatifs ?” questionne Hervé Cornillie à la ministre de l’Environnement. Sur le papier, Céline Tellier précise qu’elle n’était « pas favorable » à l’octroi d’un permis à la société Clarebout.

Un impact limité sur l’environnement

Les opposants apprécieront. Pourquoi le feu vert a t-il été octroyé en dépit de la première opinion de la ministre ? “Je me dois de respecter le droit. En début d’année, j’ai refusé d’octroyer le permis dès lors que certains éléments du dossier en l’occurrence relatif aux compensations pour la diversité n’avaient pas été soumis à enquête publique. C’est la raison pour laquelle une nouvelle enquête pour cet aspect a été faite à ma demande. Sur base de celle-ci, mes services ont remis un avis favorable à l’octroi pour ce qui relève de mes compétences et principalement la biodiversité avec des conditions précises pour les mesures de compensations pour la biodiversité. Le congélateur a un impact limité sur l’environnement”, précise Céline Tellier. La ministre avoue d’ailleurs, si pas son aversion, sa vigilance sur le modèle agro-exportateur dont Clarebout fait partie. Un modèle “qui permet à quelques-uns de générer des revenus importants et qui engendre des nuisances pour un très grand nombre de citoyens et pour la collectivité”, poursuit Céline Tellier. Alors pourquoi avoir nié l’importance de ces nuisances soigneusement répertoriées par le collectif Comines-Warneton Environnement ?

L’élue rappelle que son souhait “n’est pas de lutter contre les entreprises. La plupart sont conscientes de leur impact sur l’environnement et cherchent à le réduire, mais bien de veiller à ce que les normes environnementales soient respectées partout, tout le temps. Ce qui nécessite un contrôle de l’action en cas d’infraction avérée.”  Pour cela, elle souhaite renforcer les moyens du département police et contrôle.

Pour rappel, certains opposants dénoncent aussi l’immobilisme relatif des services de la Police de l’Environnement du côté de Warneton, alertés régulièrement en cas d’anomalie…

Antoine Pontrandolfi

Source : Nord Eclair – 1er octobre 2020

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *