12/10/2020 – CL Warneton – Déversement anormalement important au rejet d’eaux pluviales R002

Rejet brunâtre au rejet d'eaux pluviales R002
Photo : Denis Viaene

12/10/2020 – Il n’a pas plu depuis les 10 dernières heures. Pourtant, le rejet d’eaux de pluie R002 déverse des eaux usées brunâtres…

Le débit important et continu de ce déversement signifierait-il que CL Warneton détournerait-il une partie des effluents provenant de la production vers ce rejet afin de soulager la station d’épuration ?

Vidéo : Denis Viaene

Localisation du rejet d’eaux pluviales R002

12/10/2020 – Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R001

Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R1 par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout Potatoes à Warneton. La couleur des effluents rejetées indique que ces dernières sont chargées en matières organiques et que la station d’épuration ne fonctionne pas correctement… Pour mémoire, le permis unique de 2012, le volume des eaux traitées rejetées dans la rivière est de 80m3/h1. Or, la vidéo ci-dessous nous pousse à penser que ce volume est largement dépassé…

Auteur de la vidéo: Denis Viaene

Poursuivre la lecture

Corona et une mauvaise récolte posent problème aux producteurs de pommes de terre: les prix chutent de 110 euros à 30 euros la tonne

Pommes de terre
Photo : Pixabay

Traduit du néerlandais par P. M.

Les producteurs de pommes de terre ont peu de raisons d’être optimistes. Les prix payés par l’industrie de la frite restent bas. Et maintenant, il y a aussi une mauvaise récolte, ce qui signifie que moins de pommes de terre peuvent être vendues aux chaînes de supermarchés et à d’autres commerçants. Les prix ont chuté de 110 euros à 30 euros la tonne.

Les producteurs de pommes de terre tirent en grande partie leurs revenus de deux sources. D’une part des pommes de terre qu’ils vendent à l’industrie, qui les transforme en chips (surgelées) et en produits de pommes de terre pour la restauration (les pommes de terre frites). Et d’autre part des pommes de terre qu’ils vendent aux chaînes de supermarchés et aux détaillants.

Le confinement tue la demande et les prix

Les prix qu’ils obtiennent de l’industrie sont bas depuis longtemps. Cela est principalement dû au virus corona et au confinement qui a eu lieu. En raison de ce confinement, les établissements de restauration ont été fermés pendant longtemps et plus aucun événement n’a été organisé. En conséquence, la demande de frites industrielles (surgelées) a chuté et l’industrie de la transformation des pommes de terre s’est retrouvée avec des excédents.

Poursuivre la lecture

Loi Asap : le Gouvernement français passe en force sur la restriction des enquêtes publiques

Construction bâtiment industriel
Photo : Pixabay

Coup de théâtre ce vendredi 2 octobre à l’issue de la lecture du projet de loi pour l’accélération et la simplification de l’action publique (Asap). Le Gouvernement a demandé une seconde délibération sur l’amendement qui avait supprimé l’article 25 de la loi relatif aux enquêtes publiques. Compte tenu de la présence très réduite des députés en séance un vendredi après 20 heures, l’exécutif a obtenu le rétablissement de cet article.

Celui-ci donne aux préfets le pouvoir de dispenser d’enquête publique, au profit d’une simple consultation électronique, les projets relevant d’une autorisation environnementale mais ne nécessitant pas d’évaluation environnementale. Cela concerne 200 à 300 dossiers portant sur des installations comme des silos verticaux, des imprimeries offset, des petits élevages de pisciculture ou des usines de fabrication de céramique, a précisé la ministre en charge de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher. “Dans 85 % des dossiers d’enquêtes publiques, il n’y a aucun retour du public”, a ajouté la représentante du Gouvernement.

Poursuivre la lecture

2/10/2020 (17h33) – Nième rejet anormal de CL Warneton dans la Lys

2/10/2020 (17h33) – Nième rejet anormal de CL Warneton dans la Lys. La couleur jaunâtre des eaux traitées par la station d’épuration (STEP) de CL Warneton signifie qu’elles contiennent des matières organiques. Pour mémoire, les eaux traitées par la STEP déversées dans la rivière doivent être claires comme de l’eau du robinet…. (Auteur de la vidéo : Denis Viaene)

Comines: la ministre n’était “pas favorable” au second congélateur

Second super congélateur de CL Warneton

Mardi, le député leuzois Hervé Cornillie a interrogé la Ministre de l’Environnement sur le feu vert accordé au second congélateur de Clarebout Potatoes. La ministre a détaillé les raisons qui ont poussé la Région à accorder le permis de construire à Clarebout Potatoes, décision toujours décriée par de nombreux observateurs.

Pour les opposants au second frigo de Clarebout, impossible d’oublier la date. Le 11 août dernier, les ministres Tellier et Borsus accordent leur feu vert à Clarebout Potatoes. L’entreprise flamande reçoit l’autorisation de construire une deuxième structure à côté de la première sur le site de Warneton.  “L’ensemble des acteurs (publics comme privés) de la région, militant contre l’entreprise en question, étaient persuadés au vu des éléments rassemblés que la décision finale leur serait favorable. Clarebout a en effet réputation de faire l’unanimité contre elle partout où elle cherche à s’installer. Notamment car de graves infractions environnementales sont constatées sur ses différents sites. Ces différents éléments avaient conduit le SPW à premièrement rendre un avis négatif”, rappelle d’ailleurs Hervé Cornillie. Le député leuzois a interpellé la ministre Céline Tellier, pour comprendre les motivations des décideurs, motivé par le recours déposé à l’unanimité par le conseil communal de Comines-Warneton et les motions de soutien votés par les communes françaises voisines.

Poursuivre la lecture