Normes relatives à la qualité physico-chimique des eaux industrielles usées déversées dans les rivières

MEL - Prélèvement d'échantillons d'eau de la Lys pour analyse (2017)
Prélèvement par la MEL d’échantillons d’eau de surface de la Lys pour analyse devant l’usine Clarebout (2017)

Pollution organique

Origine et effets de la pollution organique
Les rejets renfermant des substances organiques sont à l’origine d’une consommation de l’oxygène présent dans le milieu aquatique qui les reçoit et peuvent, s’ils sont trop abondants, tuer le poisson par asphyxie. Une pollution par les matières organiques peut se caractériser par différents paramètres dont principalement :

    • La Demande Chimique en Oxygène ou DCO représente la quantité d’oxygène consommée, exprimée en milligrammes par litre, par les matières oxydables chimiquement contenues dans un effluent. Selon la méthode normalisée, il s’agit de l’oxydation par un excès de dichromate de potassium (K2Cr2O7) en milieu acide et à l’ébullition, des matières oxydables contenues dans l’effluent. La DCO constitue un précieux paramètre indicateur de la présence de polluants dans les eaux résiduaires. Elle est représentative de la majeure partie des composés organiques mais également de sels minéraux oxydables (sulfures, chlorures…).
      Les eaux résiduaires industrielles peuvent fréquemment atteindre des valeurs de plusieurs grammes par litre en demande chimique en oxygène.
    • La Demande Biologique en Oxygène au bout de 5 jours ou DBO5 exprime la quantité d’oxygène nécessaire à la destruction ou à la dégradation des matières organiques d’une eau par les micro-organismes du milieu. Pour une eau naturelle superficielle (rivière, étang,…), ce paramètre traduit la consommation d’oxygène relative au phénomène d’auto-épuration. Le dosage de la DBO5, qui traduit l’effet des transformations biochimiques relatives à la majeure partie des composés carbonés, est réalisé par comparaison entre la teneur initiale en oxygène dissous et la teneur résiduelle dans l’effluent après incubation à l’obscurité pendant 5 jours à 20 °C. Les valeurs de DBO5 mesurées dans l’industrie peuvent être très faibles pour des eaux résiduaires peu biodégradables et aller jusqu’à plusieurs grammes par litre dans des secteurs comme l’agro-alimentaire.
    • Le rapport DCO/ DBO5 : ce rapport donne une indication sur la biodégradabilité des effluents. Pour un rapport inférieur à 3, l’effluent est facilement biodégradable ; au delà de 5, l’effluent est difficilement biodégradable.
      Les flux de DCO peuvent s’exprimer en équivalent habitant (rejet moyen de 120 g/j par habitant).

Poursuivre la lecture

12/10/2020 – Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R001

Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R1 par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout Potatoes à Warneton. La couleur des effluents rejetées indique que ces dernières sont chargées en matières organiques et que la station d’épuration ne fonctionne pas correctement… Pour mémoire, le permis unique de 2012, le volume des eaux traitées rejetées dans la rivière est de 80m3/h1. Or, la vidéo ci-dessous nous pousse à penser que ce volume est largement dépassé…

Auteur de la vidéo: Denis Viaene

Poursuivre la lecture

CL Warneton – Enième déversement d’effluents industriels dans la Lys au rejet R2 normalement destiné aux eaux pluviales (15/03/2020)

Le rejet R2 se trouve au niveau du portail à proximité du bassin aérobie n°1, celui qui est le plus proche du congélateur.
Selon la demande de permis unique de 2011/2012 ce rejet est officiellement destiné pour les rejets des eaux pluviales. Comment expliquer que la couleur de ces rejets dans cette vidéo soient blanchâtres et moussantes ?
Comment expliquer qu’un tuyau de pompage de l’eau du bras mort de la Lys ait été introduit dans celui du rejet R2 ?
Comment expliquer que ce tuyau soit relié à un motopompe diesel (Betsy) d’une capacité de 175m3/heure qui ne figure nulle part dans la liste des équipements de cette usine ?
Enfin, comment CL Warneton utilise-t-il l’eau du bras mort de la Lys ainsi pompée…?

Vidéo : Denis Viaene

23/09/2019 – Xième rejet d’effluents industriels non traités par l’usine Clarebout Potatoes de Warneton

Les rejets d’effluents industriels non traités par l’usine Clarebout Potatoes de Warneton ne se comptent plus tellement ils sont fréquents.

Pour la xième fois ce lundi 23 septembre 2019, l’usine Clarebout Potatoes de Warneton (B) déverse des eaux usées dans la Lys…

D’après nos renseignements, quand un des bassins de la station d’épuration (STEP) est sur le point de déborder, le technicien qui y travaille actionne une vanne bypass afin de diriger les effluents issus de la production directement dans la lys…

Vidéaste : B. Feburier

Que faire en cas de pollution d’un cours d’eau ?

Rejet d'effluents industriels polluants dans la Lys
Rejet d’effluents industriels polluant la Lys par l’usine Clarebout de Warneton le 14/09/2018 à 8h35 (Photo : Denis Viaene)

Une pollution est une altération de la composition de l’eau de la rivière. Suivant sa nature, elle peut être bénigne ou grave, temporaire ou durable, visible ou invisible. Dans tous les cas, elle affectera l’équilibre écologique du cours d’eau, son écosystème et parfois la santé humaine. Pour éviter que le problème ne prenne trop d’ampleur, il convient de réagir vite.

La constatation de la pollution

De nombreux indices permettent de détecter une pollution:

      • odeur ;
      • couleur ;
      • irisations1 à la surface;
      • mousse;
      • poissons ou autres animaux morts ;
      • présence de déchets ou de matières flottantes.

L’alerte

Plusieurs entités sont à contacter :

      • les pompiers qui veilleront à contenir la pollution (barrages, pompage, absorption2) ;
      • la Police de l’Environnement (DPC de Mons) qui se chargera de constater officiellement la pollution et de mener une enquête.

Si vous n’arrivez pas à contacter ces services n’hésitez pas à solliciter les agents constatateurs environnementaux, la Police ou le bourgmestre de la commune.

Des informations essentielles doivent être transmises :

      •  le lieu de la pollution (point de début et point de fin);
      • l’origine si celle-ci est visible;
      • l’aspect de la pollution (couleur, odeur, etc.);
      • les conséquences visibles (ex: mortalité de poissons);
      • les mesures de première urgence éventuellement prises ;
      • votre identité et le moyen de vous joindre.

Les premières mesures

Si vous êtes témoin d’une pollution, après avoir donné l’alerte aux services compétents, vous pouvez prendre quelques mesures simples :

      • limiter l’accès du public à la zone pour réduire:
      • les risques potentiels d’intoxication
      • les risques d’incendie et d’explosion
      • identifier le début de la zone polluée;
      • ne touchez pas l’eau ou les poissons morts ;
      • ne pénétrez pas sur des sites privés interdits au public.

Tous responsables !

Signaler une pollution accidentelle est un devoir civique au même titre que venir en aide à une personne en danger.
Selon le livre II du Code de l’environnement constituant le Code le l’Eau,
Article 1 §1 : ” L’eau fait partie du patrimoine commun de la région wallonne. Le cycle de l’eau est géré de façon globale et intégrée, dans le constant souci d’assurer à la fois la qualité et la pérennité de la ressource, dans le cadre d’un développement durable.”
Article 1 §2 : ” La politique de l’eau en Région wallonne a pour objectifs :

      1. de prévenir toute dégradation supplémentaire, de préserver et d’améliorer l’état des écosystèmes aquatiques ainsi que, en ce qui concerne leurs besoins en eau, des écosystèmes terrestres et des zones humides qui en dépendent directement;
      2. de promouvoir une utilisation durable de l’eau, fondée sur la protection à long terme des ressources en eau disponibles;
      3. de viser à renforcer la protection de l’environnement aquatique ainsi qu’à l’améliorer, notamment par des mesures spécifiques conçues pour réduire progressivement les rejets, émissions et pertes de substances prioritaires, et pour arrêter ou supprimer progressivement les rejets, émissions et pertes de substances dangereuses prioritaires;
      4. d’assurer la réduction progressive de la pollution des eaux souterraines et des eaux de surface et de prévenir l’aggravation de leur pollution;
      5. de contribuer à atténuer les effets des inondations et des sécheresses;
      6. de protéger la santé des personnes des effets néfastes de la contamination des eaux destinées à la consommation humaine en garantissant la salubrité et la propreté de celles-ci, et ce, conformément à la directive du Conseil des Communautés n° 98/83/C.E. du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine.
        Mais prévenir pour protéger n’est pas accuser. Seule une enquête officielle menée par les autorités compétentes pourra déterminer les causes de la pollution et les responsabilités engagées.
Note :
– Irisations : apparition de reflets aux couleurs de l’arc-en-ciel à la surface de l’eau. Ces irisations sont fréquemment visibles lors de fuites d’essence ou de fioul.
– Absorption: technique de dépollution permettant de fixer une partie de la pollution sur un matériau « éponge » qui sera ensuite spécifiquement éliminé.

La pollution de la Lys à Comines-Warneton (14/06/2019)

Parlement wallon
Session : se2019
Année : 2019
N° : 7 (se2019) 1

Question écrite du 25/06/2019
de Bénédicte LIENARD
à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement

Monsieur le Ministre,

Le vendredi 14 juin, à Comines-Warneton, quelques jeunes étaient en train de pêcher dans la Lys, profitant du cadre et du soleil du jour. Soudain, une eau brunâtre, sortant des filtres de l’usine Clarebout, s’est déversée dans la rivière. Etait-ce un produit toxique ou pas ? Il n’a pas fallu attendre longtemps pour obtenir la réponse… Quelques minutes plus tard des grosses carpes mortes sont remontées à la surface…

Monsieur le Ministre, de nombreux riverains de l’usine dénoncent depuis longtemps la pollution de leur environnement par cette usine. Si celle-ci est avérée, n’est-il pas temps de prendre des mesures auprès de l’entreprise ?

Monsieur le Ministre, pouvez-vous m’informer des normes et contrôles environnementaux auxquels est soumise l’usine Clarebout de Comines-Warneton? Quelle est la fréquence des contrôles pour les respect des ces normes, par qui sont-ils opérés ? Depuis quand existent-ils ? Quels résultats ces différentes analyses ont-elles donné ?

Par ailleurs, quel organisme contrôle les cours d’eau et l’environnement aux alentours de l’usine ? Selon quelle fréquence ? Quels sont les résultats de ces contrôles ? Des sanctions ont-elles déjà été prises ?

Le cas non échéant, comment prévoyez-vous la mise en place de contrôles réguliers de la pollution potentielle de l’usine sur son environnement ?

Assurément, le témoignage (filmé) de l’épisode en question laisse penser que l’usine Clarebout est responsable de pollution, a minima, de la Lys. Cette situation est non seulement inquiétant pour la faune, la flore et les riverains de Comines-Warneton, mais aussi pour les habitants de Frameries où cette même entreprise entend développer ses activités.

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, de votre réponse.

Bénédicte Lienard

Poursuivre la lecture

Pollution de la Lys par les grandes entreprises de la région dont l’usine CL Warneton – Rétrospective

27 juin 2019 (15h00)

Un pêcheur à la carpe a été le témoin d’un déversement suspect d’effluents industriels dans la Lys au rejet n°1 de la station d’épuration de CL Warneton.
Nous le remercions de s’être empressé de transmettre la photo ci-dessous à nos amis de Deûlémont Environnement. 🙂

27/06/2019 - Rejet d'eaux industriels non traitées par la station d'épuration de CL Warneton
Photo : un pêcheur de carpes de Warneton (B) habitué à ces événements.

A se rappeler :
– quand la station d’épuration fonctionne correctement c’est de l’eau clair (comme celle du robinet) qui est rejetée dans la Lys,
– face à un tel déversement suspect il faut s’empresser de
téléphoner à SOS ENVIRONNEMENT NATURE (Police de l’Environnement de Mons) au n° 1718. Si injoignable faire le 065 400 091 ou le 065 40 01 99 .
Prendre quelques photos, voire une vidéo et nous les transmettre.

Signaler un rejet d'effluents industriels non traités dans la Lys

14 juin 2019

[supsystic-gallery id=4]
Visionner d’autres photos et vidéos…

Pollution de l’eau : eutrophisation des écosystèmes aquatiques

L’eutrophisation des rivières résulte de la prolifération d’algues vertes qui consomment tout l’oxygène nécessaire à la vie de l’écosystème.

L’eutrophisation est le phénomène d’asphyxie des écosystèmes aquatiques résultant de la prolifération d’algues, qui consomment tout l’oxygène nécessaire à la vie de l’écosystème.
Ce phénomène résulte d’un apport trop riche de substances nutritives dans la rivière ou dans le lac concerné.

Cette pollution de l’eau est principalement due au phosphore (contenu dans les phosphates, présents dans les lessives notamment) et à l’azote (contenu dans l’ammonium et les nitrates présents dans les engrais).

Les algues qui se développent grâce à ces substances nutritives absorbent de grandes quantités d’oxygène lorsqu’elles meurent et se décomposent.
Leur prolifération provoque l’appauvrissement, puis la mort de l’écosystème aquatique présent : il ne bénéficie plus de l’oxygène nécessaire pour vivre.

Lire la suite…

24/07/2019 – Rejet d’effluents industriels non traités par l’usine Alsthrom de Bousbecque