Pétition – Avec les paysans du Pérou contre le libre-échange

Pollution par les epandages de presticides

En 2012, l’Union européenne a conclu un accord de libre-échange avec le Pérou, et la Colombie. L’Équateur a rejoint l’accord par la suite.
Un récent rapport montre que cette libéralisation des échanges commerciaux avec le Pérou, a des conséquences socio-économiques désastreuses pour 95% de paysannes et paysans péruviens qui voient arriver sur leurs marchés des produits alimentaires vendus à des prix avec lesquels ils ne peuvent pas rivaliser.

Sur la période 2014-2018, l’Union européenne a exporté au Pérou, plus de 26.000 tonnes de pommes de terre frites surgelées en provenance notamment de la Belgique et des Pays-Bas, soit une quantité trois fois plus grande qu’avant l’entrée en vigueur de cet accord.

Nos pommes de de terre européennes, coupées en frites, surgelées et emballées dans des sachets en plastique parcourent la moitié de la planète pour arriver dans les supermarchés péruviens où elles sont vendues moins chères que les produits locaux. Une aberration d’autant plus grande quand on sait que le Pérou est le pays d’origine de la pomme de terre qui offre la plus grande diversité de patates au monde ! Une infinie variété de pommes de terre andines, cultivées depuis des millénaires par des paysans soucieux d’en préserver toutes les diversités, est aujourd’hui menacée par l’arrivée de frites surgelées et standardisées, en provenance de l’U.E.

Ces frites européennes exportées à un moindre coût empêchent les producteurs péruviens de patates de vendre leurs propres produits sur place à un prix juste car la concurrence des pommes de terre européenne est trop forte. Résultat : les paysans péruviens ne parviennent plus à vivre de leur activité agricole.

Bouton signer la pétition

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, les importations de pommes de terre transformées en provenance de l’U.E ont augmenté de plus 40% et sur la même période, le prix au kilo de la patate a baissé de 20%.

En favorisant les exportations européennes vers le Pérou, cet accord met en concurrence l’agriculture européenne, performante, industrialisée et subsidiée par la politique agricole commune (PAC) et l’agriculture péruvienne, principalement paysanne et où une grande majorité ne reçoit aucun soutien du gouvernement…

Source : SOSFAIM.BE – 8 octobre 2020

Poursuivre la lecture

Non, la frontière franco-belge ne sera pas fermée !

Pont de Warneton (B)

Afin de dissiper certaines rumeurs concernant la soi-disant fermeture de la frontière franco-belge à partir de demain vendredi 18/09 à 16h00, nous relayons ci-dessous le communiqué de la bourgmestre de Comines-Warneton (B) et celui du maire de Comines (F).

COMMUNIQUE D’ALICE LEEUWEERCK, BOURGMESTRE DE COMINES-WARNETON (publié ce jeudi 17/09 à 11h00)

– Le gouvernement belge (SPF Affaires Etrangères) classe, entre autres, à partir de vendredi 18/09 à 16h00, le département du Nord, frontière avec notre ville, en rouge.

– Concrètement, outre les déplacements pour raisons essentielles (professionnelles, scolaires, familiales, médicales, etc.) les résidents frontaliers de Comines-Warneton peuvent poursuivre leurs activités quotidiennes et habituelles de courte durée en France (courses, séance sportive, etc.). Nous ne parlons pas ici d’activités qui occupent la journée complète.

Exemples pratiques : les courses de proximité en France sont permises, mais les journées « shopping » dans des villes plus éloignées ne sont pas autorisées. De même, l’activité sportive habituelle (abonnement, compétition, entraînement en club, etc.) est permise, mais les journées sportives en France ne sont pas permises.

Poursuivre la lecture

La 5G pourra débarquer dès le 1er août en Belgique

Antennes 5G

Dès le premier août prochain, les cinq opérateurs qui avaient fait la demande d’une bande de fréquences temporaire pourront se lancer dans le déploiement de la 5G.

L’arrivée de la 5G en Belgique se dessine encore un peu plus. Ce mercredi, l’IBPT, le régulateur du secteur, a annoncé l’octroi des licences provisoires aux cinq opérateurs qui en avaient fait la demande. Telenet, Orange, Proximus, Cegeka et Entropia pourront donc prochainement entamer leur déploiement. Techniquement, dès le 1er août prochain, ces sociétés pourront exploiter la bande de fréquences 3,6-3,8 MHz et se lancer dans l’installation de la 5G. Quelques freins subsistent toutefois encore, notamment à Bruxelles, où les normes d’émission restent trop exigeantes pour un déploiement commercial.

Poursuivre la lecture

La liste des communes belges couvertes par le réseau 5G de Proximus

Au total, plus de 30 communes seront couvertes par le réseau 5G de Proximus, à partir de ce mercredi.

“L’idée est d’étendre cette couverture le plus rapidement possible” a déclaré Guillaume Boutin, le PDG de Proximus. L’épidémie de coronavirus a toutefois mis à l’arrêt les travaux de Proximus. Durant le lockdown, l’opérateur ne sera donc pas capable d’étendre la couverture de son nouveau réseau.

“Cela nécessite des travaux sur le terrain” confirme un porte-parole de Proximus. L’objectif est toutefois naturellement de “couvrir le plus vite possible toute la Belgique.”

Poursuivre la lecture