La Belgique, septième pays au classement des exportations de pesticides interdits en Europe

Epandage pesticides néonicotinoïdes fongicides

La Belgique a exporté en 2018 près de 5.000 tonnes de pesticides interdits en Europe vers des pays pauvres, selon une longue enquête de Greenpeace Royaume-Uni. Rien d’illégal. La législation européenne en matière de pesticides est l’une des plus sévères au monde sur son territoire, mais rien n’interdit la production et l’exportation hors de l’Union européenne.

Cancer et anomalies congénitales

Greenpeace Royaume-Uni et l’ONG suisse Public Eye ont réussi à consulter près de 400 documents qui prouvent ce commerce relevant du secret des affaires. La Belgique exporte essentiellement deux pesticides particulièrement controversés et interdits en Europe : l’acétochlore et la carbendazime.

Poursuivre la lecture

Pétition de Greenpeace pour un avenir plus juste et plus durable pour tous

Lever du jour
Photo : PIXABAY

Nous sommes à un tournant de l’histoire. En réponse à la crise du Covid-19, notre gouvernement se prépare à injecter des milliards pour maintenir l’économie à flot.

Il est primordial que ces investissements financiers contribuent à combattre la crise climatique, en s’inscrivant dans la logique de l’accord de Paris, la perte de biodiversité ainsi que l’augmentation de la pauvreté dans notre société. Sans quoi, les tensions existantes s’accroîtront encore au sortir de cette pandémie.

La reconstruction, après le Covid-19, peut être une formidable opportunité de poser les fondations d’une société plus juste et plus verte. Plus que jamais, il faut faire le choix des personnes et de notre planète, pas des dividendes.

Pour y arriver, nous adressons 6 demandes claires au gouvernement de Sophie Wilmès :

Investir dans la planète. Les mesures de soutien sont l’occasion de combiner reprise économique et lutte contre les crises du climat et de la biodiversité. Par conséquent, aucun soutien ne doit être accordé aux entreprises et aux activités qui vont à l’encontre de l’accord de Paris sur le climat et des plans européens et internationaux pour la préservation de la biodiversité.

Faire le choix des personnes, pas des multinationales. Les personnes qui se débattent actuellement avec des difficultés liées à la crise de Covid-19 ( perte de revenu, chômage technique, …), ont besoin d’un soutien supplémentaire. Le soutien financier aux entreprises doit servir d’abord à protéger leurs employés, et non à distribuer des bénéfices aux actionnaires.

Poursuivre la lecture