12/10/2020 – Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R001

Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R1 par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout Potatoes à Warneton. La couleur des effluents rejetées indique que ces dernières sont chargées en matières organiques et que la station d’épuration ne fonctionne pas correctement… Pour mémoire, le permis unique de 2012, le volume des eaux traitées rejetées dans la rivière est de 80m3/h1. Or, la vidéo ci-dessous nous pousse à penser que ce volume est largement dépassé…

Auteur de la vidéo: Denis Viaene

Poursuivre la lecture

Comines-Warneton (B) se penche sérieusement sur ses zones inondables

Le chantier de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge inondé
Photo : Association Deûlémont Environnement

Jusqu’à fin octobre, une enquête publique diligentée par le Gouvernement wallon est en cours à Comines-Warneton. Elle concerne les zones soumises à l’aléa d’inondation. Dans la commune frontalière, elles ont parfois suscité quelques crispations, notamment dues à Clarebout Potatoes ou aux pratiques de certains exploitants agricoles.

“L’enquête publique tombe à pic, expose Philippe Mouton. En une vingtaine d’années, la donne a changé. Sur le territoire, il y a des zones non répertoriées comme soumises à l’aléa d’inondation alors qu’elles le sont devenues avec le temps.” L’échevin du territoire prend la situation très au sérieux depuis de nombreuses années. Conseiller communal de l’opposition jusqu’en octobre 2018, Philippe Mouton avait plusieurs fois interpellé la classe politique et les citoyens de Comines-Warneton à ce sujet. Aujourd’hui, l’enquête publique permet un nouvel état des lieux, beaucoup plus complet que le dernier.

Quelles sont les zones à risque dans l’entité de Comines-Warneton ? “Elles se situent à Houthem, aux alentours de Ploegsteert, le long de la Douve à Warneton et au nord de Ten-Brielen”, poursuit l’échevin cominois. Ces différents secteurs sont potentiellement menacés. Philippe Mouton aimerait une prise de conscience globale chez ces concitoyens. “Nous sommes déjà intervenus pour empêcher des gens de remblayer des zones inondables alors qu’ils sont parfaitement au courant de la situation de ces terres. Parfois, il faut faire des mises en demeure pour les arrêter, déplore-t-il. Nous devons aussi nous confronter à certains agriculteurs qui veulent rehausser leurs champs. Des manœuvres qu’ils effectuent parfois la nuit ou le week-end pour ne pas croiser d’agents constatateurs. Ça nous arrive environ une fois par semaine. Comines-Warneton reçoit aussi les ruisseaux venus de Flandre. Si un agriculteur néerlandophone comble la vallée de ce ruisseau avec des remblais, c’est nous qui trinquons.”

 

Poursuivre la lecture

Inondation du chantier de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge à Warneton (6/03/2020)

Les fortes pluies de ces derniers jours prouvent que nos remarques concernant la zone inondable du Pont-Rouge (classée orange dans l’aléa inondation par la Région Wallonne) ont toujours été pertinentes. Notre Collectif s’est eneffet toujours prononcée contre la construction d’une plateforme portuaire et du 2e congélateur de CL Warneton à cet endroit.

Que se passera-t-il si le 2e frigo de CL Warneton devait être lui aussi construit sur ces terres inondables? Le bassin d’orage prévu à l’amont de la plateforme suffira-t-il pour maintenir l’eau des crues de la Lys et d’écoulement des axes de ruissellement qui accumulent l’eau dans les Bas-Prés de Warneton près du Pont-Rouge.

Notre Collectif (CCWE) s’est toujours opposé au projet de plateforme portuaire et à celui du 2e congélateur de CL Warneton en insistant sur la nécessité de protéger les zones inondables de ce site et en particulier les prairies que l’on voit inondées sur les photos ci-dessous.

Nous lisons dans la Voix du Nord du 6 mars 2020 que notre bourgmestre qui a vu ces photos va envoyer un courrier à Céline Tellier, ministre de l’environnement, ainsi qu’à la Région Wallonne. “J’espère que ce sera un élément de plus pour que les autorités disent non au second congélateur. Il faut prendre ce dernier élément en compte mais le dossier est aujourd’hui entre les mains de la ministre.”, indique la bourgmestre

Cliquer sur l’image pour l’agrandir
Cliquer sur l’image pour l’agrandir
Cliquer sur l’image pour l’agrandir
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Photos prises le 6 mars 2020 (dans l’après-midi) par Didier Becquart de Deûlémont.

Plateforme : le gros oeuvre se poursuit

Travaux de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge à Warneton (B)
Photo prise le 6/02/2020 par Marie-France Philippo

Avec les travaux des VNF pour élargir la rivière et la construction de la plateforme, les riverains des bords de Lys souffrent de nuisances.

Depuis fin septembre 2019, les travaux de construction de la plate-forme du Pont rouge ont débuté par la création d’une voirie de 620 mètres, sur une largeur de 7 mètres, depuis la chaussée du Pont-Rouge.

Le projet est porté par le Port Autonome du Centre et de l’Ouest (PACO) dont les bureaux sont établis à La Louvière et par la direction des Voies Hydrauliques de Tournai.

Début janvier, les travaux de la plateforme ont débuté, entraînant des nuisances, surtout côté français, alors que l’on sait que la municipalité de Deûlémont et sa population s’étaient déjà fortement opposées à la construction de la plateforme.

Poursuivre la lecture

Deûlémont-Warneton: y a-t-il un pilote à la tête du Port autonome du centre et de l’Ouest?

La directrice du Port autonome du centre et de l’Ouest (PACO) aurait été licenciée lundi. Doit-on s’inquiéter pour le chantier de la plateforme portuaire belge, piloté par la structure et qui a démarré au Pont-Rouge ? À la région wallonne, on assure que non et on promet que les travaux n’auront plus lieu avant 7 h le matin.

(…) Les services du PACO étaient peut-être tous mobilisés sur la réunion technique qui s’est déroulée ce jeudi avec l’entreprise ARTES, en charge du chantier de la plateforme. Une réunion importante puisque le PACO, qui se dit « conscient des désagréments occasionnés » par les travaux a décidé qu’il n’y aura plus de travaux avant 7 h. Les travaux de battage se poursuivront cependant jusqu’au 12 février, « mais diminueront progressivement » et par la suite, il s’agira de « travaux classiques de bétonnage ». Le chantier de la plateforme doit durer jusqu’à fin 2020, coordonné par un ingénieur en lien avec le SPW de Wallonie, département des infrastructures.

Christelle Jeudy

Source : LAVOIXDUNORD.FR – 6/02/2020

Techniques de pose de palplanches par marteau hydraulique et par vibrofonçage

Pose des premières palplanches au Pont-Rouge

Les palplanches, de quoi s’agit-il ?

Selon le dictionnaire du BTP, une palplanche désigne un profilé en acier laminé mis en oeuvre par battage ou vibropalplanche formant un rideau d’étanchéité et de soutènement. Les palplanches sont munies de serrures permettant leur emboîtement les unes dans les autres. Le rideau de palplanches ainsi constitué est parfois ancré en tête par des tirants fixés à un rideau arrière ou contre-rideau.

Palplanches
Palplanches en acier entreposées avant leur “battage”. (Photo : Wikipedia)
Berge en palplanches (Lambersart)
Berge en palplanches à Lambersart. (Photo : Wikipedia)

Par marteau hydraulique
Cette technique de battage est vraisemblablement celle qui est utilisée pour le battage (pose) des palplanches au Pont-Rouge à Warneton)

Par vibrofonçage
Technique moins bruyante ? Pas sûr…

Photo (entête) : Marie-France Philippo (4/01/2020)

 

 

 

Coup de gueule d’un riverain de Warneton (F) face aux nuisances causées par les travaux de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge

Avertissement : cette publication n’engage que son auteur et en aucun cas la responsabilité de notre collectif Comines-Warneton Environnement. 

Message adressé à Catherine Maheux, directrice du PACO par un habitant de Warneton (France)

Bonjour,

Je vois que votre approche des riverains du port du Pont-Rouge n’a pas changé : nous n’existons pas. Je vous ai envoyé un mail pour vous avertir des nuisances en cours des travaux de poses des palplanches, j’attends toujours votre réponse…

Je me rends compte de l’inutilité du dossier monté par CS Ingénierie qui n’a que repris que les chiffres d’études qui sont obsolètes de nos jours. Dans l’étude aucun impact sur les riverains au cours de la pose de palplanches n’a été repris ni supposé alors que l’étude d’incidence de VNF prend en compte les nuisances mais aussi les risques de dégâts matériels aux habitations.

Pourquoi n’en est-il pas de même pour le chantier de la plate-forme. Ah, j’oubliais 2 pays donc deux systèmes qui s’opposent.

Dans ce dossier vous n’avez pas défendu la Wallonie mais les intérêts du PACO et d’un industriel qui ne se prive pas “d’acheter” quelques fonctionnaires pour accomplir ses desseins d’envahisseur de la nature.
En érigeant cette plateforme à cet endroit vous avez pactisé avec un pollueur qui produira de plus en plus.

Sachez que les riverains ne vous portent pas dans leur cœur, mais peut-être “un sursaut de dignité” vous …. non car à ce stade vous êtes irrécupérable.
Je vous tiendrai toujours responsable, non par votre fonction mais par votre implication personnelle dans ce dossier pour favoriser sans vergogne cet industriel.

Si un problème devait arriver à ma maison ou ma famille vous serez responsable moralement et financièrement à titre personnel.

Je ne vous salue pas car vous ne méritez pas ce respect que vous confère votre fonction.

Denis Viaene, habitant de Warneton (F)
6 janvier 2020

NB : Une copie de ce message a été adressée à la Police de l’Environnement à Mons et à Philippe Mouton, Echevin de Comines-Warneton