Enquête publique – Cours d’eau – du 26 octobre 2020 au 10 décembre 2020

En Wallonie, le cadre juridique de la gestion des cours d’eau non navigables a été profondément remanié avec l’adoption du Décret du 4 octobre 2018.

L’objectif à terme est d’aboutir à un nouveau cadre juridique global et transversal pour une gestion intégrée, équilibrée et durable des cours d’eau wallons. Cette gestion doit en effet concilier leurs fonctions hydraulique, écologique, économique et socio-culturelle.

Enquête publique - Cours d'eau
Clique sur l’image pour l’agrandir

Poursuivre la lecture

Comines: la ministre n’était “pas favorable” au second congélateur

Second super congélateur de CL Warneton

Mardi, le député leuzois Hervé Cornillie a interrogé la Ministre de l’Environnement sur le feu vert accordé au second congélateur de Clarebout Potatoes. La ministre a détaillé les raisons qui ont poussé la Région à accorder le permis de construire à Clarebout Potatoes, décision toujours décriée par de nombreux observateurs.

Pour les opposants au second frigo de Clarebout, impossible d’oublier la date. Le 11 août dernier, les ministres Tellier et Borsus accordent leur feu vert à Clarebout Potatoes. L’entreprise flamande reçoit l’autorisation de construire une deuxième structure à côté de la première sur le site de Warneton.  “L’ensemble des acteurs (publics comme privés) de la région, militant contre l’entreprise en question, étaient persuadés au vu des éléments rassemblés que la décision finale leur serait favorable. Clarebout a en effet réputation de faire l’unanimité contre elle partout où elle cherche à s’installer. Notamment car de graves infractions environnementales sont constatées sur ses différents sites. Ces différents éléments avaient conduit le SPW à premièrement rendre un avis négatif”, rappelle d’ailleurs Hervé Cornillie. Le député leuzois a interpellé la ministre Céline Tellier, pour comprendre les motivations des décideurs, motivé par le recours déposé à l’unanimité par le conseil communal de Comines-Warneton et les motions de soutien votés par les communes françaises voisines.

Poursuivre la lecture

Comines-Warneton (B) se penche sérieusement sur ses zones inondables

Le chantier de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge inondé
Photo : Association Deûlémont Environnement

Jusqu’à fin octobre, une enquête publique diligentée par le Gouvernement wallon est en cours à Comines-Warneton. Elle concerne les zones soumises à l’aléa d’inondation. Dans la commune frontalière, elles ont parfois suscité quelques crispations, notamment dues à Clarebout Potatoes ou aux pratiques de certains exploitants agricoles.

“L’enquête publique tombe à pic, expose Philippe Mouton. En une vingtaine d’années, la donne a changé. Sur le territoire, il y a des zones non répertoriées comme soumises à l’aléa d’inondation alors qu’elles le sont devenues avec le temps.” L’échevin du territoire prend la situation très au sérieux depuis de nombreuses années. Conseiller communal de l’opposition jusqu’en octobre 2018, Philippe Mouton avait plusieurs fois interpellé la classe politique et les citoyens de Comines-Warneton à ce sujet. Aujourd’hui, l’enquête publique permet un nouvel état des lieux, beaucoup plus complet que le dernier.

Quelles sont les zones à risque dans l’entité de Comines-Warneton ? “Elles se situent à Houthem, aux alentours de Ploegsteert, le long de la Douve à Warneton et au nord de Ten-Brielen”, poursuit l’échevin cominois. Ces différents secteurs sont potentiellement menacés. Philippe Mouton aimerait une prise de conscience globale chez ces concitoyens. “Nous sommes déjà intervenus pour empêcher des gens de remblayer des zones inondables alors qu’ils sont parfaitement au courant de la situation de ces terres. Parfois, il faut faire des mises en demeure pour les arrêter, déplore-t-il. Nous devons aussi nous confronter à certains agriculteurs qui veulent rehausser leurs champs. Des manœuvres qu’ils effectuent parfois la nuit ou le week-end pour ne pas croiser d’agents constatateurs. Ça nous arrive environ une fois par semaine. Comines-Warneton reçoit aussi les ruisseaux venus de Flandre. Si un agriculteur néerlandophone comble la vallée de ce ruisseau avec des remblais, c’est nous qui trinquons.”

 

Poursuivre la lecture

Enquête publique : cartographie des zones soumises à l’aléa inondation (14 septembre au 28 septembre 2020)

Pont rouge - Inondations (mars 2016)
Pont rouge – Inondations (Photo prise depuis Deûlémont – mars 2016)

Pourquoi cette consultation ?

Conformément aux dispositions relatives à la gestion des risques d’inondation prévues par le Code de l’Eau, le Groupe Transversal Inondations (GTI) a entrepris de mettre à jour cette cartographie des zones soumises à l’aléa d’inondation de 2016.

Cette cartographie est un outil de référence pour vous informer sur le risque d’inondation présent en Wallonie.

Elle délimite les zones susceptibles d’être inondées de manière plus ou moins importante et fréquente, suite au débordement naturel d’un cours d’eau ou à la concentration de ruissellement naturel des eaux pluviales.

Elle comprend deux types de carte :

      • La carte de l’aléa d’inondation, carte de référence en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire pour la Région wallonne
      • Les cartes des zones inondables, élaborées en réponse aux exigences de la Directive européenne en matière d’évaluation et de gestion des risques d’inondations

Pousuivre la lecture

Déchets sauvages : la Wallonie double les amendes

Mégots de cigarettes jonchant le sol

Le Gouvernement wallon a décidé de doubler les amendes en cas d’abandon de déchets sauvages. Mégots, canettes, chewing-gums abandonnés sur la voie publique devraient désormais vous coûter 200€. Les masques buccaux et les gants font également leur entrée dans la liste des déchets sauvages.

Chaque année, en Wallonie, les communes collectent 18.000 tonnes de déchets sauvages. Cela représente un coût important pour la collectivité, estimé en moyenne à 20€ par citoyen. Et c’est sans compter le coût pour l’environnement, les animaux…

Avec la modification du code de l’Environnement adoptée en première lecture ce jeudi, le Gouvernement wallon souhaite adresser un message clair : “La Wallonie n’est pas une poubelle !”.

Poursuivre la lecture

Constitution d’un Comité d’accompagnement: appel à candidatures

2/09/2020 – Courrier d’un riverain de la rue De Simpel à Warneton (b) à Céline Tellier, Ministre de l’environnement de la Région wallonne

Nuisances de l'usine Clarebout Potatoes de Warneton (B)

Warneton, le 2/09/2020

Madame la Ministre,

Je tiens à vous faire part de ma profonde déception et indignation en ce qui concerne l’accord donné à l’entreprise Clarebout Potatoes à Warneton d’augmenter sa production par la construction d’un second congélateur.

Selon l’entreprise les mesures proposées pour la préservation de l’environnement sont satisfaisantes. Vous avez par ailleurs annoncé que des conditions supplémentaires ont été adressées à l’entreprise.
Comment peut-on croire que Clarebout Potatoes va mettre fin aux nuisances qu’il ne cesse de produire depuis son installation ?

Poursuivre la lecture

Un deuxième frigo chez Clarebout? Les autorités de Comines-Warneton veulent introduire un recours au Conseil d’Etat

Second super congélateur de CL Warneton

Le collège communal affiche clairement son opposition au projet d’agrandissement de l’entreprise.

Début août, Clarebout remportait une victoire importante lorsque son projet de construction d’un second frigo géant recevait l’aval de la Région wallonne. Après deux refus consécutifs, les ministres Céline Tellier et Willy Borsus ont finalement accédé à la requête de l’industriel, au grand dam des opposants belges et français. Interpellée par de nombreux citoyens qui dénoncent depuis longtemps les nuisances importantes causées par l’entreprise, la ministre wallonne de l’environnement avait alors justifié cette décision par “l’ensemble des avis favorables émis par l’administration”. Elle a par ailleurs indiqué que des compensations environnementales importantes, des contrôles renforcés et la mise en place d’un comité d’accompagnement transfrontalier ont été imposés à Clarebout en parallèle à cette autorisation.

Poursuivre la lecture

Réaction du maire de Deûlémont suite aux éclaircissements apportés par Céline Tellier, Ministre de l’Environnement, concernant le permis unique pour le 2e congélateur qui a été accordé à CL Warneton

Second super congélateur de CL Warneton
A gauche, le second super congélateur automatisé. Dimensions : 132m (L) x 81m (l) x 32m (h).

(…)

Madame La Ministre,

Par la présente lettre, je vous informe avoir pris connaissance, par le biais de Facebook, des éclaircissements que vous avez apportés suite aux nombreux questionnements émis par la population, concernant l’arrêté ministériel que vous avez signé le 10 août 2020 en tant que Ministre de l’Environnement, avec M. BORSUS, Ministre de l’aménagement du territoire, statuant sur le recours exercé par CL Warneton sur la demande de permis unique pour la construction d’un second congélateur à Warneton Belgique par l’Entreprise CL Warneton.
A votre question « De quoi s’agit-il ? » publiée sur Facebook, je me permets d’y faire les commentaires suivants :
– Sur votre éclaircissement : « Le permis concerne uniquement l’extension du frigo existant… »
– Mon commentaire : « il ne s’agit pas ici d’une extension, mais bien d’une nouvelle construction d’un deuxième congélateur »

Poursuivre la lecture

Aux habitants de Comines-Warneton : on se fiche de vous !

Second super congélateur de CL Warneton
A gauche, le super congélateur automatisé à venir. Dimensions : 132m (L) x 81m (l) x 32m (h)

On se fiche de vous ! Et ça fait 11 ans que cela dure !

Vous avez eu beau assister à des réunions, signer des pétitions, participer aux enquêtes publiques, déposer vos plaintes sur Internet, mobiliser les médias, l’entreprise Clarebout continue d’empester l’air de Warneton et continue de produire plus que 1.140 tonnes par jour et ce, dans la plus grande impunité.

Aujourd’hui, malgré un refus des autorités communales de Comines-Warneton et malgré un premier refus ministériel, CL Warneton obtient finalement l’autorisation de construire son 2e super congélateur, et poursuit ainsi son expansion.

On nous dit à Namur qu’il y aura des compensations écologiques. Est-ce que la mise en jachère de quelques hectares de terres agricoles va compenser les rejets brunâtres d’une station d’épuration manifestement incapables de traiter des déchets en perpétuelle augmentation, de compenser les odeurs écœurantes que le vent rabat tantôt sur Deûlémont, tantôt sur Warneton, de compenser la masse de CO2 toujours plus importante qui contribue à augmenter le réchauffement climatique ?

Poursuivre la lecture