CL Warneton – Ecoulement d’eau à travers le chemin de halage

22/10/2020 – Ecoulement d’eau claire au niveau de l’ancien quai péniche à la hauteur du 4ème bassin (celui recouvert de tôle ondulée noire) de la station d’épuration (STEP), à proximité  de l’égout IPALLE.

Photo : Denis Viaene

A propos de l’égout Ipalle. C’était en 2018

Les photos ci-dessous ont été envoyées à Carlo Di Antonio le 14 mars 2018. L’égout Ipalle se trouve aujourd’hui à l’extérieur de l’enceinte de l’usine Clarebout alors qu’il était à l’intérieur en 2018…

Photos : Denis Viaene (14/03/2018)

12/10/2020 – CL Warneton – Déversement anormalement important au rejet d’eaux pluviales R002

Rejet brunâtre au rejet d'eaux pluviales R002
Photo : Denis Viaene

12/10/2020 – Il n’a pas plu depuis les 10 dernières heures. Pourtant, le rejet d’eaux de pluie R002 déverse des eaux usées brunâtres…

Le débit important et continu de ce déversement signifierait-il que CL Warneton détournerait-il une partie des effluents provenant de la production vers ce rejet afin de soulager la station d’épuration ?

Vidéo : Denis Viaene

Localisation du rejet d’eaux pluviales R002

12/10/2020 – Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R001

Déversement d’effluents jaunâtres dans la Lys au rejet R1 par la station d’épuration (STEP) de l’usine Clarebout Potatoes à Warneton. La couleur des effluents rejetées indique que ces dernières sont chargées en matières organiques et que la station d’épuration ne fonctionne pas correctement… Pour mémoire, le permis unique de 2012, le volume des eaux traitées rejetées dans la rivière est de 80m3/h1. Or, la vidéo ci-dessous nous pousse à penser que ce volume est largement dépassé…

Auteur de la vidéo: Denis Viaene

Poursuivre la lecture

Comines-Warneton (B) se penche sérieusement sur ses zones inondables

Le chantier de construction de la plateforme portuaire au Pont-Rouge inondé
Photo : Association Deûlémont Environnement

Jusqu’à fin octobre, une enquête publique diligentée par le Gouvernement wallon est en cours à Comines-Warneton. Elle concerne les zones soumises à l’aléa d’inondation. Dans la commune frontalière, elles ont parfois suscité quelques crispations, notamment dues à Clarebout Potatoes ou aux pratiques de certains exploitants agricoles.

“L’enquête publique tombe à pic, expose Philippe Mouton. En une vingtaine d’années, la donne a changé. Sur le territoire, il y a des zones non répertoriées comme soumises à l’aléa d’inondation alors qu’elles le sont devenues avec le temps.” L’échevin du territoire prend la situation très au sérieux depuis de nombreuses années. Conseiller communal de l’opposition jusqu’en octobre 2018, Philippe Mouton avait plusieurs fois interpellé la classe politique et les citoyens de Comines-Warneton à ce sujet. Aujourd’hui, l’enquête publique permet un nouvel état des lieux, beaucoup plus complet que le dernier.

Quelles sont les zones à risque dans l’entité de Comines-Warneton ? “Elles se situent à Houthem, aux alentours de Ploegsteert, le long de la Douve à Warneton et au nord de Ten-Brielen”, poursuit l’échevin cominois. Ces différents secteurs sont potentiellement menacés. Philippe Mouton aimerait une prise de conscience globale chez ces concitoyens. “Nous sommes déjà intervenus pour empêcher des gens de remblayer des zones inondables alors qu’ils sont parfaitement au courant de la situation de ces terres. Parfois, il faut faire des mises en demeure pour les arrêter, déplore-t-il. Nous devons aussi nous confronter à certains agriculteurs qui veulent rehausser leurs champs. Des manœuvres qu’ils effectuent parfois la nuit ou le week-end pour ne pas croiser d’agents constatateurs. Ça nous arrive environ une fois par semaine. Comines-Warneton reçoit aussi les ruisseaux venus de Flandre. Si un agriculteur néerlandophone comble la vallée de ce ruisseau avec des remblais, c’est nous qui trinquons.”

 

Poursuivre la lecture

Vote unanime et “historique” au Conseil communal de Comines-Warneton contre le second congélateur de CL Warneton

Photo aérienne de CL Warneton te de la future plateforme portuaire
Photo : Deûlémont défense de l’environnement
[…] À tour de rôle, chaque groupe a fourni ses arguments. Clémentine Vandenbroucke pour Action (l’ancienne majorité, NDLR), a dit combien son groupe est “amer” après le feu vert des ministres. “On appuie donc ce recours contre le second congélateur, tant que les riverains subiront des nuisances”, explique-t-elle en rappelant qu’en 2017, Action qui était alors au pouvoir en mairie avait déjà refusé ce projet. “Et le ministre de l’époque nous avait suivi, ici, non. C’est une occasion manquée”, regrette l’élue.

Pour Philippe Mouton, échevin à l’environnement et élu Ecolo, il faut, via ce recours, “saisir la dernière arme, en tout cas, essayer, pour nous et les riverains français”. Avant de se demander si “transformer la Wallonie en immense baraque à frites, c’est ça notre avenir ?”.

Pour l’échevin Didier Soete, lui aussi membre de la tripartite au pouvoir en mairie, ce recours est “la dernière bataille, on a peu de chances de gagner mais quelques failles sont possibles.” Comme la bourgmestre, il regrette que la majorité de l’époque (Action) ait voté en 2012 l’installation de Clarebout à Warneton (B). “Sans cela, on n’en serait pas là aujourd’hui”, appuie Alice Leeuwerck.

Et puis, en fin de débat, s’est posée la question de savoir si la ministre de l’environnement, Céline Tellier, est bien récemment venue à Comines-Warneton. C’est non pour Philippe Mouton mais dans le groupe Action, on doute. “C’était sa cheffe de cabinet alors, et j’espère que vous l’aurez convaincue”, insiste Jean-Jacques Pieters, sans obtenir de réponse. Et c’est sous les applaudissements que le vote, unanime contre Clarebout, a été salué….

Source : LA VOIX DU NORD – 15/09/2020
Poursuivre la lecture